Sadio Mané fait des révélations sur sa commotion cérébrale

Sadio Mané

 

"J'ai appelé Aliou Cissé pou lui dire qu'il est hors de question d’appliquer ce que le docteur a dit. Qu’il faut me mettre dans le Onze

Celle qui l’appelle «Sané Madio» (déformation de son nom) a vu juste : pour l’attaquant des Lions, la CAN 2021, c’était une question de vie ou de mort. La nouvelle recrue du Bayern Munich explique. En principe, Sadio Mané ne devait pas jouer le quart de finale de la CAN 2021 contre la Guinée équatoriale (victoire du Sénégal, 3-1).

L’attaquant de Liverpool s’était gravement blessé à la tête en huitième, contre le Cap-Vert (2-0), suite à un violent choc avec le gardien de but des Requins bleus. Il avait tenu sa place après l’incident. Ouvrant le score à la 63e avant d’être remplacé trois minutes plus tard par Bamba Dieng, auteur du deuxième but. Les médecins lui avaient diagnostiqué une commotion cérébrale. Mis au parfum de la situation, Liverpool met la pression en adressant une correspondance à la FIFA en signalant qu’une commotion cérébrale, c’est cinq jours de repos. Le médecin des Lions est obligé de se plier à cette sentence. Informé qu'il ne doit pas jouer contre la sélection capverdienne, Sadio Mané ne l’entend pas de cette oreille.

«J’étais dans ma chambre, j’ai immédiatement appelé le coach (Aliou Cissé), rembobine la nouvelle recrue du Bayern Munich dans un entretien paru ce mercredi dans le quotidien sportif Stades. Je lui ai dit qu’il est hors de question d’appliquer ce que le docteur a dit. Qu’il faut me mettre dans le Onze, parce que je veux jouer. Il m’a dit d’accord et qu’il va essayer de parler avec le docteur.»

Sadio Mané ne s’est pas limité à alerter Aliou Cissé. «J’ai appelé le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor, et Abdoulaye Sow, le deuxième vice-président. Je leur ai dit qu’il faut qu’on fasse une réunion parce que c’est important pour moi de jouer la CAN.» Le Lion assure qu’il est prêt à prendre le risque de passer outre la recommandation du médecin. «Quitte à y laisser ma vie», lance Sadio Mané aux responsables fédéraux. Ces derniers organisent la réunion. Elle dure une heure.

Le meilleur joueur de la CAN maintient sa position, persiste et se dit même disposé à signer un document qui dégage la responsabilité du médecin du Sénégal, et engage la sienne. «Je vais prendre la responsabilité pour que si je meurs, ils n’ont qu’à dire que c’est de ma faute et celle de personne d’autre. Le docteur a dit que je ne devais pas jouer, je lui ai répondu que c’était hors de question. C’était la nuit, entre une et deux heures du matin. Tout le monde était paniqué.»

La proposition de Sadio Mané de signer un document qui dégage la responsabilité du médecin des Lions, est écartée. Le camp sénégalais décide finalement de jeter sa dernière carte : faire subir un nouveau scanner à la star des Lions en espérant que celui-ci ne révèle rien. Celui-ci est fait le jour du quart de finale. «J’ai quitté l’hôtel le matin et je suis parti faire le scanner. On a vérifié et on a envoyé à la CAF. Elle (l’instance) nous a répondu qu’ils ont vérifié avec leurs docteurs et qu’il n’y avait rien. Le docteur a dit OK et que je pouvais jouer.»

Ouf de soulagement dans la Tanière. Le Sénégal élimine la Guinée équatoriale, écarte le Burkina Faso (3-1) en demie et surclasse l’Egypte en finale (4 tab 2, 0-0) pour remporter la première CAN de son histoire. Chaque fois avec Sadio Mané au front.

 

Avec Seneweb