Les travailleurs de l'hôpital de Grand Yoff traîné le DG dans la boue

Cheikh Seck

 

"Ce gars est un voleur 

L'intersyndicale des travailleurs de l’hôpital Idrissa Pouye de Grand Yoff dénonce avec la dernière énergie la gestion du Directeur général de la structure sanitaire et le traité de voleur. Cheikh Seck de la La fédération des syndicats de la santé (F2s) souligne une mauvaise gestion du budget estimé à 9 milliards de FCFA. "Ce gars est un voleur et il a volé notre argent, nous allons le poursuivre en justice », selon Cheikh Seck.

Membre du conseil d’administration de l’hôpital, Cheikh Seck estime que la responsabilité des agents de santé "est de veiller à ce que toute personne qui vient dans cet hôpital et qui a besoin de soins puisse avoir une satisfaction. On ne peut pas donner des moyens à cet hôpital qui a un budget de 9 milliards et qu’à chaque fois que l’argent entre, on a l’impression que c’est mis dans un sac troué", rapporte Seneweb.

Revenant sur la gestion du Directeur général, Cheikh Seck estime que l'argent alloué à l'hôpital n'a aucun reflet sur les services. Car il y a des malades qui restent environ 20 jours pour atteindre une opération."Au bloc opératoire, au niveau des urgences, de la chirurgie générale, de la neurochirurgie, de l’orthopédie. Nous voyons des malades qui ont fait des traumatismes qui peuvent attendre pendant 20 jours avant d’être opérés. Certains qui ont les moyens préfèrent aller vers les cliniques", dit-il.

Il poursuit: "Actuellement, pour opérer, on a besoin de matériels de stérilisation, l’autoclave est en panne depuis un mois. Quand on opère, on a besoin d’amplificateur de brillance et sur les 14 salles, un seul fonctionne. On est en train de faire de la bamboula avec l’argent de cet hôpital. Il faut voir les dépenses d’un directeur qui part en voyage en France chaque année, on lui paye ses formations à l’Université qui avoisinent les deux millions. Pendant ce temps l’hôpital peine à acheter des intrants, les véritables travailleurs ne sont pas respectés".

Les travailleurs de l'hôpital de Grand Yoff sont victimes de ponctions pécuniaires après avoir participé à des mouvements d'humour syndicales. Une pratique que dénonce Cheikh Seck de même que l'usage des étudiants pour remplacer les agents en cas de grève. "Quand nous étions en grève, ils sont allés prendre des étudiants qui ont installé de gros malades. Un malade est même mort sur la table et nous ne comptons pas laisser cela comme ça. Il faut que la population fasse attention, quand les gens sont en grève on met à leur disposition des personnes qui n’ont ni la compétence, ni la qualification. Sur ce point, nous interpellons directement le ministre de la Santé qui est médecin et qui sait ce que c’est prendre la responsabilité de prodiguer des soins à un malade", a-t-il déploré.

Il ajoute: "ceux qui travaillent le matin jusqu’à 10 H pour aller en sit-in, se retrouvent avec des ponctions de salaires. Ce mois-ci ils ont ponctionné plus de 80.000 Francs Cfa sur les salaires des agents. Il y a des éléments sur lesquels on doit tenir compte pour faire une opposition de salaire et tous ces éléments n’existent pas. Sur ce point précis, nous ne laisserons pas. Il est plus facile d’avoir le Ministre de la Santé que le Directeur."

L'intersyndicale par la voix de Cheikh Seck rappelle au Président Macky Sall et son ministre de la santé que le directeur général de l'hôpital Idrissa Pouye est à la retraite et à partir du premier avril tout ce qu’il fait ne leur engage pas.