« Il y a une révolution qui est portée par la jeunesse sénégalaise » Penda Mbow

Penda Mbow

"Pour la première fois, ce qui se passe est le début de la révolution
 

 

Depuis les indépendances la majorité des états africains se trouvent dans l’impasse sur le plan politique, économique, social. Ces derniers combinés avec le retour en force des coups d’état en Afrique de l’Ouest fragilisent de plus plus la démocratie sur le continent.
 

Ces défis et enjeux ont servi de prétexte au Think Tank Afrikajom Center, à travers un colloque intitulé repenser l’état de droit et les transitions démocratiques en Afrique, pour poser le diagnostique et de proposer des remèdes à ces maux.
 

Parmi les panélistes, l’historienne Penda Mbow a souligné l’engagement historique de la jeunesse sur le plan politique. Elle rappelle le rôle joué par cette jeunesse lors de l’avènement mai 1968. Selon Penda Mbow, cette dernière et les événements de 1988 sont les tournants majeurs des plus grands changements démocratiques au Sénégal.

Elle ajoute que la jeunesse a été la Fer de lance de ces deux grands mouvements.
« Pour la première fois, ce qui se passe est le début de la révolution , c’est la fin de la colonisation. Il y a une révolution qui est portée par la jeunesse sénégalaise, déclare Penda Mbow.

Poursuivant, elle invite à une démocratie inclusive et équidistante de la religion. Pour L’historienne , on ne peut pas construire une démocratie avec l’implication surtout des femmes si l’espace laïque à partir d’une séparation entre la politique et la religion, des droits humains.

 

« Ce qui constitue les deux mamelles de la démocratie dans nos pays, ce sont les femmes et les Jeunes. Toute l’histoire politique de ce pays repose sur les jeunes et les femmes. Ces dernières sont les plus dynamiques dans le processus de conquête du pouvoir. Mais une fois ce but atteint, elles sont reléguées au second plan » affirme Penda Mbow.