"L'élection présidentielle sera libre et transparente", selon le ministre Sidiki Kaba

Sidiki Kaba

 

"Le ministre de l’Intérieur rassure l'opposition 

L'opposition a travers le front pour l'inclinaison pour la transparence de l'élection (FITE) réclame une personnalité indépendante pour l'organisation de la présidentielle. Les députés ont interpellé le ministre de l'intérieur Me Sidiki Kaba sur la question ce lundi 27 novembre lors du vote de son budget à l’Assemblée Nationale. Les députés de Yewwi Askan Wi à savoir Abass Fall, Bara Gaye et Ayib DAFFE disqualient le ministre et militant de l'Apr parce qu'ils craignent pour la sincérité du scrutin.

Me Sidiki Kaba rassure la classe politique en particulier l’opposition qui réclame une personnalité neutre et consensuelle pour organiser la présidentielle de 2024. Il promet que "l'élection présidentielle sera libre et transparente et le verdict des urnes sera respecté...Vous le savez et vous en avez la preuve parce qu'il y a les représentants de tous les candidats les centres et bureaux de vote".

Le ministre a saisi l’occasion pour aplanir les doutes de certains députés sur la transparence du processus électoral. Selon lui, les résultats des deux derniers scrutins montrent la maturité de la démocratie sénégalaise et la configuration actuelle de l’Assemblée nationale l’illustre parfaitement.

En ce qui concerne les interdictions de manifestations, Sidiki Kaba rappelle que "seules 108 des 4.828 demandes d’autorisation de manifestations déposées en 2018, auprès des autorités administratives exerçant leurs fonctions sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, ont été rejetées, ce qui donne un pourcentage d’interdiction de 2,24 %."

Il poursuit :"En 2019, 75 des 5.535 demandes d’autorisation de manifestations ont été rejetées, soit un taux d’interdiction de 1,36 %.En 2020, a indiqué le ministre de l’Intérieur, les autorités administratives ont opposé une fin de non-recevoir à 109 des 2.516 demandes d’autorisation de manifestations. Le taux d’interdiction était de 4,33 %.119 demandes sur 6.256 ont fait l’objet d’un rejet en 2021, avec un taux d’interdiction de 1,95 %.

Il appartient aux autorités administratives d’apprécier les demandes, en tenant compte de la situation de chaque localité’’, a-t-il rappelé, soulignant que ‘’si la manifestation est un droit constitutionnel, elle s’exerce impérativement dans des conditions pacifiques, conformément à la charte fondamentale’’.