2 Milliards de Tension : Le Face-à-Face entre Axiom Ressources et Fabrimetal qui fait vibrer les tribunaux

Actu221-Justice-OK

 

Cette saga judiciaire est loin d'être close...

Dans un dossier qui semble tout droit sorti d'un thriller judiciaire, l'exécution d'une décision de justice rendue en janvier 2013 déclenche une série de controverses.

L'affaire oppose la société de BTP Axiom Resources, dirigée par Ryad Abourizk, à Fabrimetal, une entreprise de métallurgie sous la direction de Mounir Kawar.

Au cœur de ce bras de fer, des révélations saisissantes.

Axiom Resources a trainé Fabrimetal devant les tribunaux pour le paiement d'une dette dépassant les 2 milliards de francs CFA, liée à des travaux réalisés en 2017.

Selon des sources proches, cette action survient après des tentatives répétées de Fabrimetal pour imposer un règlement à rabais, bien en deçà du montant réellement dû.

Ryad Abourizk aurait catégoriquement refusé ces compromis douteux, selon un informateur.

L'affaire, épineuse dès le départ, atteint son apogée en juillet 2019 avec un jugement initial du Tribunal de commerce, présidé alors par le juge Alioune Ndiaye, qui donne raison à Fabrimetal, suscitant des critiques acerbes de la part d'experts en droit des affaires.

Cependant, cet arrêt est rapidement contesté et porté en appel, attirant l'attention des plus hautes instances judiciaires.

Une série de rebondissements surviennent ensuite, notamment une accusation de faux concernant un procès-verbal de réception de travaux, lancée par Fabrimetal contre Axiom Resources.

Cette accusation est rejetée par la Cour d'appel, qui ordonne toutefois une expertise pour évaluer la valeur des travaux en litige.

Après des mois de contestations et de contre-expertises, la deuxième Chambre commerciale d'appel, sous la présidence d'Aïssatou Diallo Bâ, condamne finalement Fabrimetal à verser près de 2 milliards à Axiom Resources le 30 janvier 2023.

Mais c'est à partir de là que les choses prennent une tournure étrange, selon les parties impliquées.

Fabrimetal réagit en lançant une procédure pénale, alléguant à nouveau le faux concernant le procès-verbal de réception des travaux.

Cette fois-ci, le procureur de la République donne suite à la plainte, entraînant l'inculpation et la mise sous contrôle judiciaire du patron d'Axiom Resources.

Dans un retournement de situation, Fabrimetal tente de faire annuler la condamnation en invoquant l'inculpation du patron d'Axiom Resources, tout en demandant une caution de 2,5 milliards pour récupérer les fonds saisis par Axiom Resources dans les banques.

Ces manœuvres, validées par la Cour d'appel, suscitent des interrogations parmi les juristes, qui remettent en question l'obstacle apparent à l'exécution d'une décision déjà en cours.

Des observateurs notent également des irrégularités dans la procédure, soulignant que les ordonnances sont émises par une chambre différente de celle qui avait confirmé les saisies effectuées par Axiom Resources.

Cette série de rebondissements alimente les soupçons quant à d'éventuelles influences au sein de la Cour d'appel.

Face à ces obstacles, Axiom Resources riposte en déposant une plainte contre Fabrimetal, la SCP Houda et d'autres individus pour divers délits, dont le vol de documents.

L'entreprise de BTP accuse ses adversaires d'avoir manipulé le système judiciaire pour bloquer les recouvrements légitimes.

Cette saga judiciaire, loin d'être close, soulève des questions sur l'indépendance de la justice et la complexité des affaires commerciales au Sénégal.