Cheikh Mahi Niass appelle à préserver la paix et la stabilité au Sénégal

Cheikh Mahi Niass


" Un pays est à l’image de sa population

Le Khalife général de Médina Baye, Cheikh Mahi Niass a appelé, hier Jeusdi, à préserver la paix et la stabilité au Sénégal, condition sine qua de son développement économique. Intervenant au terme de la prière de la Tabaski, il a recommandé d’éviter certaines voies qui retardent le développement du pays. Il faut plutôt privilégier celle de la paix et de la stabilité.

Selon le Khalife de Bayé Niass, les Sénégalais doivent s’aimer et se respecter mutuellement, tout en cultivant la solidarité et l’entraide. Dans une déclaration transmise à l’APS, il a prié pour la paix, la concorde, l’unité, la stabilité et le développement du Sénégal estimant que les gouvernants et les gouvernés doivent s’entraider dans l’unité et la paix, tout en ayant le sens de la responsabilité pour développer le pays et favoriser l’épanouissement de sa population.

« Un pays est à l’image de sa population. Si cette population s’évertue à accompagner ces dirigeants et que le gouvernement accepte de tendre la main à sa population pour l’aider, l’éduquer, l’encourager et que le citoyen se retrouve dans tout ce qui se fait pour lui, il (le citoyen) va être obligé de changer son comportement dans le bon sens », a dexlaré Cheikh Mahi Niass.

Ce dernier n’a pas manqué de conseiller aux jeunes de se préparer d'être responsables afin qu’ils puissent être capables d’assumer leurs futures responsabilités de demain. « Acceptez d’étudier, adoptez les bons comportements, parce qu’aucun citoyen ne doit sous-estimer ses capacités à pouvoir contribuer à la construction de son pays. Un bon citoyen a les mêmes droits que le président de son pays », a lancé le guide religieux.

Il a rappelé que le Sénégal est «un et indivisible », avec une population offrant l’image d’une seule famille, d’un seul peuple. Il a exhorté à tenir des discours constructifs, avec un niveau élevé des débats et de bonnes paroles empreintes de messages de paix pour la stabilité du pays.

« En ce qui nous concerne, nous ne cherchons pas à faire du tort à qui que ce soit, et nous pardonnons à toute personne qui nous aurait fait du tort. Nous n’avons rien contre personne. Nous nous occupons de l’éducation et de l’enseignement, tout en cherchant à faire de bonnes choses ».